| 
  • If you are citizen of an European Union member nation, you may not use this service unless you are at least 16 years old.

  • Finally, you can manage your Google Docs, uploads, and email attachments (plus Dropbox and Slack files) in one convenient place. Claim a free account, and in less than 2 minutes, Dokkio (from the makers of PBworks) can automatically organize your content for you.

View
 

LA FACE AVEUGLE DE L'AMOUR13

Page history last edited by PBworks 12 years, 9 months ago

LA FACE AVEUGLE DE L'AMOUR

 

 

 

 

par Dreams

 

 

Traduction : Keegan (keegan@libertysurf.fr)

 

et Emilie(happymeal@hotmail.fr)

 

 

 

 

Table des matières

 

 

Démentis etc : voir Part 1

 

Ecrivez-moi : Parce que j'adorerais savoir ce que vous en pensez. On peut me joindre à dreams@midnightisland.com

 

 

Chap.17

 

Adrian passa ses doigts dans ses cheveux bruns, frustré. " On peut y aller, maintenant ? " demanda-t-il pour la énième fois depuis leur arrivée.

Julianne se contenta de sourire, marchant vers un autre tableau. " Où est ton côté culturel, Adrian ? " demanda-t-elle. Elle montra une peinture de nature indéchiffrable. " Je veux dire, l'art est … " Elle réfléchit à l'adjectif à utiliser.

" Incroyablement ennuyeux, " termina Adrian à sa place. " Pourquoi est-on ici, de toute façon ? Je croyais qu'on allait voir un film. "

Julianne secoua la tête, déçue de l'attitude de son meilleur ami. " Nous pouvons y aller plus tard. Nous ne faisons que ça de tout façon. Regarder des films, faire des films. Nous devons étendre nos idées. " Elle changea de tableau.

Adrian la suivit. " Je pense que la célébrité est enfin en train de te ronger le cerveau. Quand tu auras fini de tourner L'Ange Gardien, je crois qu'on devra partit loin. Très loin. "

Julianne leva la tête en se retournant. " Je suis on ne peut plus d'accord. "

" Voila, ça c'est ce que j'aime entendre, " répondit Adrian avec un sourire. " Où veux-tu aller ? Egypte ? Grèce ? "

" New York ! " répondit rapidement Julianne.

Adrian cligna des yeux. " Nous sommes à New York. "

Julianne réfléchit. " Mais il y a tellement à faire ! " répliqua Julianne. " Des musées à visiter… Des parcs pour se balader… " Des gens à rencontrer. Elle fronça les sourcils à cette idée. Je perds la boule. Les sourcils toujours froncés, elle passa devant de nombreux tableaux.

" Elle a perdu la boule, " marmonna Adrian, courant pour la rattraper. " Jules, quelque chose ne va pas ? Tu veux en parler peut-être ? "

Julianne secoua la tête. " Non, allons voir ce film, " répondit-elle en se dirigeant vers la sortie. Et puis qu'est-ce qui lui avait pris de visiter un musée ? Elle se souvint du mail de Kris qui lui disait aller au musée aujourd'hui. Ce n'est pas comme si j'allais lui rentrer dedans. Qu'est-ce qui m'arrive ? " Que veux-tu aller voir ? " demanda-t-elle, une fois arrivés à sa voiture.

Adrian regarda dans les yeux bleus de Julianne avec un mélange de curiosité et de totale confusion. Elle agissait bizarrement. Il se passait quelque chose.

" Peu importe, " répondit-il en s'asseyant sur le siège passager du Rav4. " Alors, qu'est-ce qu'il t'est arrivé pendant ces deux dernières semaines ? "

Julianne haussa les épaules nonchalamment. Elle mit le contact et sortit de la place de parking sans savoir où aller. Elle décida de s'arrêter au premier cinéma qu'elle verrait. " Rien. J'ai joué, j'ai mangé, et j'ai dormi. La routine. Comment se déroule ton film ? "

" Très bien, " répondit-il, excité. " Je crois que j'ai enfin une chance de victoire cette année. "

Julianne lui sourit. " C'est bien, Adrian. J'ai hâte de voir ça. "

Adrian hocha la tête, content de lui. Un jour, comme Julianne, il recevrait un Academy Award. Et si ce n'était pas le cas, eh bien au moins, il grimpait les échelons. " Il s'est passé quelque chose d'autre ? " demanda-t-il.

" Eh bien, j'ai échangés quelques emails avec cette personne, " répondit-elle, les yeux fixés sur la route. Elle hésitait à aborder le sujet, ne serait-ce parce qu'elle savait qu'Adrian en ferait une affaire d'état. Mais garder ça secret paraissait le rendre encore plus important, alors que ça ne l'était pas.

Tiens, c'est nouveau ça, pensa Adrian. " Et est-ce que 'cette personne' a un nom ? " demanda-t-il.

Julianne lui jeta un bref coup d'œil et sourit. " Elle s'appelle Kris, " lui dit-elle. " Et avant d'imaginer quoi que ce soit, elle a un petit ami. "

" Raté, " dit-il. " Tu ne peux pas me trouver une célibataire ? "

" Très drôle. "

Adrian réfléchit à la nouvelle. " Alors, elle a un petit ami. Où vit-elle ? Comment l'as-tu rencontrée ? "

Julianne hésité. " Son email était sur la carte professionnelle que tu m'as jetée. Je voulais lui dire à quel point j'appréciais son dessin. Et nous avons gardé contact. Elle est vraiment sympa. "

Ah-hah ! Bingo. Bien sûr, Julianne choisirait une hétéro vivant à l'autre bout du pays. Pour pouvoir dire qu'il n'y avait rien à craindre. " Je suis content que tu aies une nouvelle amie, " répondit-il. Il retint un soupir. Pour une raison quelconque, il eut un sentiment de perte imminente.

 

***

 

Chère Kris,

 

J'espère que tu as trouvé la consolation que tu cherchais aujourd'hui, parmi les interminables rangées de tableaux et de sculptures. Je suis heureuse de savoir que le lever de soleil t'a plu. Je l'ai manqué durant mon séjour à New York. Peut-être la prochaine fois.

 

Je comprends ce que tu veux dire à propos d'être défini selon sa carrière. C'est comme si tu n'étais plus toi-même. Tu es comme-ci comme ça, l'architecte, ou quelque soit la profession que tu choisis (ou que tu te retrouves à faire). Plutôt déprimant. Et voilà, tu m'as déprimée :o)

 

Racontes-moi quelque chose que personne ne sait à propos de toi.

 

Ton amie,

Julia.

 

***

 

Kiara passa ses doigts dans l'eau, regardant attentivement les ondes comme si elle attendait que quelque chose de magique se produise. Mais l'eau redevint bientôt lisse et l'ange détourna le regard.

Soupirant, elle observa celui qui détenait son futur dans ses mains. " Cody, " murmura-t-elle.

Il se retourna soudain, regardant autour de lui, certain d'avoir entendu son nom. " Qui est là ? "

Le silence de la nuit lui répondit. Il s'éloigna du bord de l'eau. Il venait souvent au lac maintenant. Il s'y sentait plus proche de ceux qu'il avait perdu. Il ouvrit la bouche, puis se mit à rire. " Désolé, j'ai oublié ma réplique. "

" Coupez ! " cria Gina Loeb, et pas pour la première fois. " Max, pour la énième fois, tu n'as pas de réplique là. "

Julianne leva les yeux au ciel. Pourquoi avaient-ils choisi Max Trouy la dépassait. Il était mignon, d'accord, mais il ne pourrait pas jouer même si sa vie en dépendait. " Désolé,' s'excusa-t-il.

Gina soupira, relisant quelques notes sur cette scène. Elle leva les yeux. " Il est l'heure de déjeuner, " annonça-t-elle.

Julianne remercia silencieusement quiconque l'écoutait et se dirigea vers sa cabine. Trois enveloppes l'attendaient. Elle n'avait pas lu d'autres lettres d'admirateurs depuis les trois premières qu'elle avait ouvertes. Elles prenaient toutes la poussière dans son bureau à présent. Les trois nouvelles lettres rejoignirent les autres.

Elle retira ses ailes et s'effondra sur le divan en soupirant. " Quelle journée. Et elle n'est même pas à moitié finie. " Elle attrapa son ordinateur.

" S'il te plaît, remonte moi le moral, Kris, " pria-t-elle l'écran, attendant l'ouverture de sa boite de réception. Un sourire naquit doucement sur ses lèvres à la vue du nouveau message.

 

Chère Julia,

 

Quelque chose que personne ne sait sur moi ? J'espère que ça ne me retombera pas dessus. Si je commence à recevoir des notes disant " Je sais ce que tu as fait l'été dernier ", je viendrai te chercher. ;)

 

Laisse-moi réfléchir. Okay je vais te le dire. Personne n'est au courant. Même pas Leigh. J'ai trompé Nathan il y a quelques mois. C'était vraiment idiot. J'étais à cette soirée au campus de NYU (N.B. Université de New York) et il y avait ce type là-bas. Et je pense que j'avais un peu trop bu parce qu'il commença à me paraître vraiment mignon, même si, quand je le croise maintenant, je me demande ce que j'ai bien pu lui trouver. Bref, je suis sortie avec lui. Je n'en ai jamais parlé à personne !! Je me sens tellement mal à propos de ça. Je ne sais pas ce qui m'a pris. Nathan et moi nous sommes engueulés et je me suis sentie tellement déprimée…

 

Mais ce n'est pas une excuse. Peut-être qu'un jour j'arrêterai de me sentir coupable pour ça, mais j'en doute.

 

Raconte-moi quelque chose que personne ne sait à propos de toi ? Maintenant que je t'ai livrée mon âme :) Oh ! Et qu'est-ce que tu recherches chez un homme ? Je suis curieuse.

 

Ton amie,

Kris

 

Julianne fronça les sourcils en lisant le dernier paragraphe. Je peux lui dire la vérité et faire d'une pierre deux coups. Ou je peux lui mentir. Elle réfléchit un moment.

Kris ne savais pas qui elle était, alors peut importe ce qu'elle savait sur sa vie privée. D'un autre côté, si Kris découvrait la vérité, elle pourrait tout dévoiler aux médias. Mais qui la croirait ? Elle a les messages… Mais qui la croirait ? Tu pourras toujours dire à Nathan que sa petite amie l'a trompé.

Elle soupira, regardant fixement l'écran.

Sa prise de décision fut interrompue par un coup à la porte. " Oui ? " appela-t-elle.

" Votre déjeuner, Mlle Franqui, " dit l'un des membres de l'équipe, mal à l'aise. Il resta à la porte en tenant un sac en papier et une bouteille d'eau fraîche à la main.

Julianne hocha la tête en direction de la table à sa droite. " Posez tout ici. " Elle tourna de nouveau son regard sur l'écran.

L'homme obéit à sa demande et sortit sans ajouter un mot.

De nouveau seule, Julianne mordit sa lèvre. Tu as été honnête avec elle jusqu'ici. Si tu commences à lui mentir, quel est l'intérêt de garder contact ?

 

Chère Kris,

 

Je te promets que tu ne recevras pas de lettres bizarres… pas de ma part tout du moins. Je ne crois pas que tu doives te sentir coupable pour ce qui est arrivé avec l'autre type. Ces choses arrivent. De plus, tu es jeune…

 

Julianne s'arrêta et fronça les sourcils. " Pour qui je me prends ? Sa mère ? " Elle effaça les deux dernières phrases et reprit.

 

Je te promets aussi de ne pas révéler ton petit secret. Je ne divulguerais aucune information concernant ton petit rendez-vous au campus de NYU, même si CNN vient toquer à ma porte et me torture. :o)

 

Plus sérieusement, merci de m'avoir confié cette information. Je suis sûre que c'est en partie dû au fait que nous ne nous connaissions pas, et tu te sens donc à l'abri. Mais de la même manière, tu ne me connais pas. Pour ce que tu en sais, je pourrais très bien être Nathan, camouflé. Hey, ne t'en fais pas, je ne suis pas Nathan. ;o)

 

Pour ma part, eh bien… J'ai un secret. Mais une personne est déjà au courant, alors je suppose que tout l'effet 'personne ne le sait' s'effondre. Mais j'estime que c'est quelque chose que tu devrais savoir.

 

Julianne regarda l'écran, peu sûre de la marche à suivre. " Qu'est-ce que j'écris exactement ? " se demanda-t-elle à voix haute. " Je suis gay ? Je suis lesbienne ? Je suis homosexuelle ? Une fière gouine ? " Elle se frappa le front. " Pourquoi est-ce si dur à dire ? "

 

J'aime les femmes.

 

" Enormément, " ajouta-t-elle pour elle-même.

 

Pas tellement les hommes. Du moins pas sexuellement. Mon meilleur ami est un homme et je l'adore. Seulement… il n'est pas mon type. Je pense que je réponds également à la question concernant ce que je recherche chez un homme.

 

J'espère que la nouvelle ne t'effraie pas…

 

Ton amie,

Julia.

 

Son doigt plana au dessus du bouton 'entrée'. Qu'est-ce que j'ai à perdre ? Ce n'est pas comme si nous étions les meilleures amies au monde ou quoi que ce soit… Mais elle hésitait toujours.

" Tu es lâche, " se dit-elle. Et avant de pouvoir changer d'avis, elle envoya le message.

 

 

***

Comments (0)

You don't have permission to comment on this page.