| 
  • If you are citizen of an European Union member nation, you may not use this service unless you are at least 16 years old.

View
 

LA-FACE-AVEUGLE-DE-L-AMOUR30

Page history last edited by Fausta88 12 years, 2 months ago

TRADUCTIONS

 

LA FACE AVEUGLE DE L'AMOUR

 

 

 

 

par Dreams

 

 

Traduction : Emilie (happymeal@hotmail.fr)

 

 

Table des matières

 

 

 

61

 

« Je croyais qu’on devait aller dans un bar lesbien! » cria Kris par-dessus la musique assourdissante. Elle parcourut du regard le club où Julianne l’avait entraînée, essayant de voir à travers les nuages de fumée. Où qu’elle regarde, des gens dénudés dansaient et sautaient. Des lumières bleues, rouges et vertes rebondissaient des murs vers le sol puis vers le plafond et ainsi de suite.

 

Julianne sourit et prit Kris par la main. « Je croyais que tu voulais danser. »

 

Kris ne put s’empêcher de sourire. Elle regarda leurs mains enlacées et sentit que sa tête tournait. « Un accord est un accord, » répondit-elle. La musique lui donnait envie de sauter. Elle se sentit soudain pleine d’énergie.

 

Alors qu’elles se frayaient un chemin jusqu’à la piste de danse, Kris remarqua que la plupart des danseurs étaient des hommes. Quelques filles étaient éparpillées dans la salle, mais la majorité était masculine. Arquant un sourcil, elle se pencha contre Julianne et demanda, « Où est-ce qu’on est? »

 

« Dans une boîte gay, » répondit Julianne, ses lèvres près de l’oreille de l’artiste. « Mais tu étais vraiment décidée pour un bar «  lesbien ? »

 

Kris ferma momentanément les yeux tandis que la joue de Julianne frôlait la sienne. Elle les rouvrit brusquement et haussa les épaules. « Hé, si des mecs torse nu t’excitent, qui suis-je pour juger? »

 

« Ils ne t’excitent pas, toi ? » lui lança Julianne.

 

Kris ne savait pas répondre à cette question. Elle tendit l’oreille alors que ‘4 my People’ de Missy Elliot sortait des haut-parleurs. Et elle rit. « Il faut qu’on danse là-dessus, viens! » Elle s’empara des deux mains de Julianne et l’attira dans la foule.

 

« Tu aimes cette chanson? » cria Julianne par-dessus la musique.

 

Kris hocha la tête et libéra les mains de Julianne avant de bouger en rythme. Elle pouvait sentir l’énergie pulser tout autour d’elle. Elle était heureuse d’avoir mis un débardeur car elle aurait bientôt chaud.

 

Julianne se tint là alors que des danseurs lunatiques se heurtaient contre elle. « Je vais chercher à boire! »

 

Kris secoua la tête et reprit la main de Julianne, l’attirant plus près. « C’était votre idée, Miss Franqui. » Elle chanta les mots en même temps que Missy, « Let me dance with you, let me wear you out? » (Laisse-moi danser avec toi, laisse-moi te déshabiller)

 

Julianne rit. « Tu me rends nerveuse, » admit-elle.

 

« Pourquoi? »

 

L’actrice la regarda puis se pencha pour dire, « Parce que tu es vraiment sexy quand tu danses. »

 

Kris essaya de cacher sa surprise, tandis que son cœur s’emballait en entendant ces mots. « Eh bien, tu as l’air vraiment idiote debout là. Alors danse! » Elle enlaça ses bras autour du cou de Julianne et se pressa contre elle. Elle ne voulait pas réfléchir trop longuement à ce qu’elle faisait, parce que si elle se mettait à y penser, elle s’arrêterait probablement. Et elle se sentait trop bien pour arrêter.

 

Surtout lorsque Julianne posa ses mains sur les hanches de Kris et se laissa aller. « C’est mieux? » demanda l’actrice.

 

Kris sourit. Julianne devrait se laisser aller plus souvent. « Oui, tu as l’air beaucoup moins bête maintenant. » Elle était persuadée que sa voix se briserait avant la fin de la soirée. Elle serait probablement sourde aussi; la musique était tellement forte. Mais elle s’amusait trop pour s’en soucier.

 

 

 

Julianne était abasourdie. Abasourdie par sa propre audace. Tu es vraiment sexy quand tu danses. Les mots résonnaient dans sa tête. Les avait-elle vraiment prononcés à voix haute? Assez fort, même, pour qu’on les entende par-dessus la musique. Quelles autres pensées non censurées risquaient de lui échapper? Cette question la tracassait.

 

Mais la sensation de Kris dansant contre elle la déconcentrait, et ses pensées dérivèrent de ses inquiétudes et peurs. Julianne s’était légèrement reculée après la première chanson. Elle ne voulait pas que Kris remarque à quel point elle appréciait le contact rapproché. Surtout après sa bévue.

 

Mais la piste de danse était bondée et leurs corps étaient inévitablement poussés plus près par des forces au-delà de leur contrôle.

 

Alors que ‘I Do Both Jay and Jane’ de La Rissa finissait, Kris dit, « Tu as soif? »

 

Julianne hocha la tête. Elle prit Kris par la main pour ne pas la perdre dans la foule et les emmena vers le bar. « Qu’est-ce que tu veux? » demanda-t-elle à Kris.

 

« De l’eau, » répondit l’artiste.

 

Julianne commanda deux bouteilles d’eau au barman, qui heureusement ne la reconnut pas. Elle tendit une des bouteilles à Kris et dit, « Tu veux qu’on s’échappe un peu de la musique? »

 

Kris lui lança un regard soulagé en hochant la tête.

 

Elles décidèrent de trouver un endroit relativement calme, et finirent par tomber sur une banquette vide dans l’un des couloirs à l’étage.

 

« Oh mon Dieu, ça fait du bien de s’asseoir, » dit Kris dans un soupir.

 

Julianne s’assit près d’elle et s’adossa. « Je ne me relève plus. »

 

« Je suis d’accord, » acquiesça Kris en ouvrant sa bouteille. Elle engloutit la moitié de sa boisson en une seule longue gorgée.

 

Julianne rit. « Tu veux la mienne, aussi? »

 

« Ne me tente pas, » la prévint Kris. Elle tira sur son débardeur. « Je suis en sueur maintenant. »

 

« Eh bien, tu était plutôt énergique, » répondit Julianne. « Certains de tes gestes feraient pâlir Shakira. »

 

Kris éclata de rire. « La ferme. »

 

Julianne sourit et ferma les yeux. Elle était exténuée. Combien de chansons avaient-elles tenu? Cinq? Elle ne pouvait imaginer danser toute la nuit. C’était inhumain.

 

Kris bailla et posa sa tête sur l’épaule de Julianne. « Ça t’ennuie? »

 

Julianne posa sa joue sur la tête de Kris. « Non. »

 

« Je crois que je m’endors. »

 

« Tu veux rentrer? »

 

« Pas encore. »

 

Julianne baissa les yeux pour constater que l’artiste avait pris sa main. Son cœur s’emballa à ce contact. C’était un geste innocent, mais il la fit frissonner.

 

« Kris? »

 

Kris leva soudain la tête et relâcha la main de Julianne. « Mark? »

 

Julianne observa l’homme devant elles. Alors c’est lui Mark? Il ressemblait à un surfer qui aurait oublié sa planche.

 

« Qu’est-ce que tu fais là? » continua Kris.

 

Mark désigna les alentours. « Club gay. » Puis lui-même. « Gay. J’ai une meilleure question, qu’est-ce que tu fais ici avec…? » Il s’arrêta en croisant le regard de Julianne. « Oh mon Dieu. »

 

« Jolies chaussures, » dit Julianne avec un sourire en coin.

 

Mark cligna des yeux et commença à s’éloigner. « J’hallucine et je n’ai encore rien pris? »

 

« Excuse-moi, » dit Kris à l’actrice.

 

Julianne la regarda emmener Mark là où elle ne les entendrait pas. Elle sourit et referma les yeux. Ça risquait de prendre du temps.

 

 

 

« Tu étais vraiment en train de faire un câlin à Julianne Franqui? » demanda Mark, incrédule.

 

Kris fronça les sourcils. « Ce n’était pas un câlin. On est juste fatiguées. »

 

« Vous sortez ensemble? » demanda-t-il à voix basse. « Parce que ça serait vraiment scandaleux ! » Il avait prononcé le mot ‘scandaleux’ comme si c’était une bonne chose.

 

Kris essaya de ne pas lever les yeux au ciel. « On est juste amies. »

 

Mark regarda dans la direction de Julianne. « Je n’arrive pas à croire que tu la connaisses vraiment. Comment est-ce arrivé? »

 

« Très longue histoire, » expliqua Kris. « Je te raconterai une autre fois. »

 

Mark dévisageait toujours l’actrice. « On dirait qu’elle pose pour une couverture. » Il soupira. « Je le pensais complètement lorsque j’ai dit qu’elle pouvait venir dans mon lit. » Il sourit et regarda Kris. « Tu penses qu’elle flirtait avec moi? »

 

« Tu es là. Je te cherchais. »

 

Kris leva les yeux pour voir William s’approchant d’eux. Super. Tout simplement super. « Salut William. »

 

William parut étonné. « Qu’est-ce que tu fais là? »

 

« Elle est ici avec sa petite amie, » la taquina Mark.

 

« Depuis quand as-tu une petite amie? » demanda William, complètement perdu. « Je sais que tu te posais la question mais… »

 

Kris voulait ramper sous un rocher. « Ce n’est pas ma petite amie. »

 

Mark se tourna vers son petit ami et dit, « Elle était blottie contre Julianne Franqui. »

 

« Ce n’était pas un câlin! » insista Kris. Elle regarda William. « Ce n’était pas un câlin. »

 

« Julianne Franqui? »

 

Mark désigna la banquette de la tête, où Julianne était assise, les yeux clos, comme si elle ne se souciait de rien.

 

« Oh mon Dieu. On dirait vraiment elle. » William l’observa avec admiration.

 

« C’est elle, » dit-elle. « C’est mon amie. »

 

William regarda Kris, les yeux écarquillés. « Depuis quand? »

 

« C’est une longue histoire, » dit Mark. « Elle nous racontera plus tard. » Il sourit à Kris. « Saute jusqu’à la partie où tu nous présentes. »

 

« Si vous me ridiculisez, je vous tue tous les deux, » avertit Kris avant de marcher vers Julianne. « Maintenant vous restez là, et essayez de ne pas avoir l’air de la dévisager. » S’il vous plaît, Dieu? Faites que Mark se retienne.

 

Julianne se redressa lorsque Kris s’approcha. « Tout va bien? »

 

« Ils veulent te rencontrer, » annonça Kris. « Mais si tu ne veux pas leur parler, tu n’es pas obligée. Je leur dirai de partir. »

 

« Veulent? »

 

« William est ici aussi, » expliqua Kris nerveusement. Elle détestait mettre Julianne sous les projecteurs comme ça.

 

Le visage de l’actrice s’illumina. « Oooh, il a amené des photos embarrassantes de ton enfance? » Elle se leva et sourit. « Indique moi le chemin. »

 

S’il vous plait, s’il vous plait Dieu?

 

 

 

Mark fut le premier à parler lorsque Julianne s’approcha. « Avant que vous ne disiez quoi que ce soit, » commença-t-il. « Je dois vous dire que je suis votre plus grand fan. J’ai vu tous vos films. J’ai bien dit tous. J’ai même la première saison de L’ange Gardien en DVD. Et… »

 

Julianne rit. « Ravie de te rencontrer aussi, Mark. »

 

Mark se pencha vers William pour obtenir du soutien. « Chéri, elle connaît mon nom. »

 

William tendit la main. « Je suis William. C’est un plaisir de vous rencontrer, Miss Franqui. »

 

« Julianne, » dit-elle rapidement en lui serrant la main. « Ravie de te rencontrer. Kris m’a beaucoup parlé de toi. »

 

William et Mark regardèrent Kris, curieux. L’artiste haussa les épaules, gênée, visiblement mal à l’aise.

 

« Alors, qu’est-ce qui vous amène ici? » demanda William.

 

Julianne et Kris se regardèrent. « On voulait simplement danser, » répondit Kris.

 

« Vous n’aviez pas l’air de danser, » commenta Mark.

 

William l’interrompit rapidement. « Hé Kris, je peux te parler une minute? »

 

Kris l’observa. « Maintenant? »

 

« Oui. » William sourit poliment à Julianne et s’excusa, emmenant Kris avec lui.

 

Julianne les regarda s’éloigner et se retourna vers Mark qui l’observait. « Il ne reste plus que nous, alors. »

 

Mark sourit. « Il s’inquiète juste pour elle, » dit-il. « Elle est vraiment perdue ces derniers temps. »

 

Elle arqua un sourcil. « Perdue? »

 

« Ouais, vous savez les filles et leur sexualité, » dit-il en haussant les épaules. Puis il s’arrêta, visiblement inquiet. « Je veux dire avec des hommes. Sexualité avec des hommes. Pas des filles. » Il plongea les mains dans les poches de son pantalon et baissa les yeux. « Faites-moi taire s’il vous plait. »

 

Julianne l’observa en essayant de comprendre ce qu’il disait. Elle regarda vers Kris et trouva l’artiste en train de la regarder. Elle lui lança un petit sourire, et fut rassurée lorsqu’elle en reçut un à son tour. Qu’est-ce qui te tracasse?se demanda-t-elle. Revenant à Mark, elle décida d’abandonner le sujet. Elle le trouva en train de la regarder curieusement.

 

« Alors, euh, » continua Mark. « Vous et Kris vous êtes des amies proches? »

 

Julianne ne put s’empêcher de sourire. « Je pense que oui. »

 

« Elle ne nous a pas dit qu’elle vous connaissait, » expliqua Mark. « À moins que… » Ses yeux s’écarquillèrent lorsqu’il repensa à quelque chose. « Oh mon Dieu. Ça veut dire que… Oh merde. »

 

Julianne avait perdu le fil de la conversation quelque part en chemin. « Quelque chose ne va pas? »

 

Mark s’éclaircit la gorge et parut reprendre contrôle de lui-même. « Non, » dit-il, même si visiblement il lui cachait quelque chose. « Alors, euh, qu’est-ce qui vous amène à New York? »

 

Julianne était surprise. Ils n’étaient pas au courant pour Leigh? « Je tourne un film, » répondit-elle. « Leigh, l’amie de Kris, est dans le film avec moi. »

 

« C’est vrai, » dit-il. La logique parut enfin s’infiltrer en lui. « J’avais oublié ça. C’est vraiment bizarre de parler avec vous. Tout est un peu confus dans ma tête. Alors, vous avez rencontré Kris grâce à Leigh? »

 

« C’est une longue histoire, » lui confia Julianne.

 

« C’est-ce que j’ai entendu dire. »

 

William et Kris revinrent à ce moment.

 

« Désolée pour ça, » s’excusa Kris. Elle regarda Mark, inquiète. Puis revint à Julianne. « Je suis contente qu’il ne t’aie pas effrayée. »

 

« Hey! » se plaignit Mark.

 

Julianne sourit. « Je peux m‘en occuper. »

 

« Hey, encore! » dit Mark. Puis il fit un clin d’œil à Julianne. « En fait, vous pouvez si vous voulez vraiment. »

 

William le frappa sur le bras. « Allô? Ton petit ami est juste ici. Et il commence à s’inquiéter. »

 

Mark sourit et passa son bras autour des épaules de William. « Il n’est pas mignon quand il est énervé? »

 

William leva les yeux au ciel.

 

Julianne et Kris échangèrent un sourire.

 

« Bref, on descend, » annonça William. Il sourit à Julianne. « C’était un plaisir de vous rencontrer. »

 

« Ouais, vraiment, » rajouta Mark. « On devrait dîner ensemble un de ces jours. »

 

Julianne hocha la tête. « Avec plaisir. »

 

« Vraiment? » demanda Mark, surpris. « Pourquoi pas Vendredi? »

 

« Elle sera en Californie, » s’interposa Kris. « Et elle est très occupée? »

 

Julianne parcourut intérieurement son agenda. « Peut-être la semaine prochaine, » suggéra-t-elle. Elle ne voulait pas laisser passer l’opportunité. « Si ça n’embête pas Kris, » elle regarda son amie, inquiète d’avoir dépassé la ligne. Peut-être ne voulait-elle pas qu’elle traîne avec sa famille.

 

Kris la regarda. « Non, ça ne me dérange pas du tout. »

 

« Super, » dit William. « On se tient au courant, et on pourra peut-être décider une date. »

 

Julianne hocha la tête.

 

« Attendez, je peux avoir votre autographe? » demanda Mark en fouillant sa poche à la recherche d’un papier et d’un stylo. « Autrement personne ne me croira demain au bureau. »

 

Julianne griffonna un message rapide et signa le papier avant de lui rendre. « Et voilà. »

 

Mark sauta joyeusement et la remercia plusieurs fois avant que William ne le prenne par le bras pour l’écarter.

 

« Je suis tellement désolée pour ça, » dit Kris. « Je ne pensais pas qu’ils seraient là. »

 

« Ils sont adorables, » répondit Julianne. « Je suis contente de les avoir enfin rencontrés. »

 

« Vraiment? » demanda Kris.

 

« Oui, vraiment. Tu ne voulais pas que je les voie? »

 

Kris secoua la tête. « Non, c’est juste… Je ne voulais pas te mettre dans une position inconfortable. »

 

Julianne sourit. « Ma vie entière est une position inconfortable, » plaisanta-t-elle, même s’il y avait une part de vrai. Elle haussa légèrement les épaules. « Tu la rends confortable. »

 

Kris la regarda mais n’ajouta rien.

 

« Alors, qu’est-ce que tu veux faire maintenant? » demanda Julianne en regardant autour d’elle.

 

« Je ne suis plus vraiment d’humeur à faire la fête, » admit Kris. « J’ai réussi mon pari? »

 

« Avec brio, » lui annonça Julianne.

 

Elles commencèrent à descendre l’escalier.

 

Kris regarda l’actrice avec un sourcil leva. « Shakira alors, hein? »

 

« Oh oui. »

 

********

 

 

Comments (0)

You don't have permission to comment on this page.